Anthropologie de la Santé

L'anthropologie

est la branche des sciences qui étudie l'être humain sous tous ses aspects, à la fois physiques (anatomiques, morphologiques, physiologiques, évolutifs, etc.) et culturels (socio-religieux, psychologiques, géographiques, etc.). Elle tend à définir l'humanité en faisant une synthèse des différentes sciences humaines et naturelles. Le terme anthropologie vient de deux mots grecs, anthrôpos qui signifie homme (au sens générique) et logos qui signifie « parole », « discours » (et par extension « science »).

Elle s’appuie notamment sur l’étude comparative des différentes sociétés et ethnies décrites par l'ethnologie et envisage l'unicité de l'esprit humain à travers la diversité culturelle. 

 

L'anthropologie de la santé

(ou anthropologie médicale) est une branche de l'anthropologie qui étudie la santé, notamment la maladie et le soin chez l'Homme. Certains auteurs assimilent parfois l'anthropologie de la santé avec l'ethnomédecine1. Mais pour Jean-Pierre Willem, le terme Ethnomedicine (en) désigne plutôt une pratique de soin se voulant une synthèse entre l'art médical occidental et les thérapeutiques traditionnelles populations des pays non occidentaux2.

Cette discipline utilise les méthodes de l'anthropologie et des sciences sociales pour étudier les questions de la santé, de la maladie, de la guérison et des systèmes de soins. Les spécialistes de cette discipline sont soit des anthropologues, soit des soignants (médecins, infirmiers, psychologues) qui se sont formés secondairement en anthropologie.

 

 Une discipline en émergence 

L'anthropologie de la santé désigne l'ensemble des études portant sur les processus étiologiques de la maladie, les méthodes et les relations thérapeutiques entre soignants et soignés, le rôle de malade et le processus de réinsertion sociale du patient guéri ainsi que les modes préventifs de la rechute et de la maladie. Cette sous-discipline anthropologique vise à définir la totalité des facteurs (hérédité, environnement, constitution biologique, nutrition, conditions de vie, expériences vécues, etc.) qui exercent une influence sur l'état de santé d'un individu par le biais d'une approche théorique générale qui s'intéresse aux interrelations du biologique, du psychologique et du culturel dans notre civilisation (de type occidental) comme dans l'ensemble des civilisations du monde. Cette dernière caractéristique (comparative et transculturelle) distingue d'ailleurs l'anthropologie de la santé de la sociologie médicale. Nous reviendrons sur ce point un peu plus loin.

Cette définition très large met en lumière le fait que les diverses recherches théoriques et empiriques en anthropologie de la santé découlent de perspectives théoriques les plus variées, s'appuient sur des méthodologies et des techniques de recherche différentes et portent tout autant sur nos propres systèmes médicaux que sur ceux des autres civilisations du monde. C'est en cela que les études anthropologiques de la santé sont comparatives et transculturelles.

 

 

 BIBLIOGRAPHIE

F. AUGER, F. FOREST et E. BASTARACHE, « An anthropological project on French-Canadian workers : A progress report », Canadian Review of Physical Anthropology, vol. 1, n˚ 1, 1979, pp. 5-9.

F. AUGER, E. BASTARACHE, F. FOREST et R. BASTARACHE, « Morphologie et niveaux de santé : une analyse de deux groupes de travailleurs québécois », Union médicale du Canada, vol. CIX, n˚ 3, 1980, pp. 377-385.

 Asen BALIKCI, « Shamanistic behavior among the Netsilik Eskimos», Southwestern Journal of Anthropology, vol. XIX, n˚ 4, 1963, pp. 38-396.

 E. BASTARACHE, F. AUGER, F. FOREST et R. BASTARACHE, « Utilisation d'un questionnaire préexamen médical auprès d'une population de travailleurs québécois », Union médicale du Canada, vol. CVII, n˚ 9, 1978, pp. 1-12.

 Maurice BLOUIN, Culture, santé et maladie, thèse de maîtrise, Université Laval, 1980.

 Serge BOUCHARD et José MAILHOT,« Structure du lexique : les animaux indiens »,Recherches amérindiennes au Québec, vol. III, n˚ 1-2, 1973, pp. 39- 

Marie-Marthe BRAULT, Monsieur Armand, guérisseur, Montréal, Parti pris, 1974.

 Gilles BRUNEL et Luc MORISSETTE, « Guérison et ethnoétiologie populaire », Anthropologica, vol. XXI, n˚ 1, 1979, pp. 43-72.

 Gilles BRUNEL, « Guérison, radiesthésie et communication corporelle », Revue d'ethnologie du Québec, vol. V, n˚ 1, 1980, pp. 83-97.

 Gilles BRUNEL, « Guérison, magie et symbolique corporelle », Anthropologie et sociétés, vol. IV, n˚ 2, 1980, pp. 113-130.

 Dr Olivier CHAMBON et Laurent HUGUELIT : « le Chamane et le Psy : un dialogue entre deux mondes » mama edition

 Ellen CORIN, « Le concept socio-culturel de l'utilisation des réseaux sociaux chez les personnes âgées de la région de Québec », communication présentée au Congrès annuel de la Société canadienne d'ethnologie, Ottawa, 1981.

 Raymond CÔTÉ, L'hôpital psychiatrique : une culture asilaire ou un milieu thérapeutique, thèse de maîtrise en sociologie, Université Laval, 1966.

 Nicole COQUATRIX, « Interpréter la littérature obstétricale contemporaine : note de recherche », Anthropologie et sociétés, vol. IV, n˚ 2, 1980, pp. 145-159.

 Maria DE KONINCK et Francine SAILLANT, « Situation des femmes et stéréotypes chez les soignants : perspectives féministes », Santé mentale au Québec, vol. V, n˚ 2, 1980.

 Guy DENIS, Michel ToUSIGNANT et Lucien LAFOREST, « Prévalence de cas d'intérêt psychiatrique dans une région du Québec », Canadian Journal of Publie Health, vol. LXIV, n˚ 4, 1973, pp. 387-397.

 Michael J. DRAPER, La psychiatrie communautaire ou l'accessibilité générale à la maladie mentale, thèse de maîtrise en sociologie, Université Laval, 1970.

 Michael J. DRAPER, « La réhabilitation du malade mental en milieu communautaire : un modèle théorique », Québec, Institut supérieur des sciences humaines, Université Laval, 1969 (ronéotypé).

 Simone DUBOIS-OUELLET, Ethnomédécine auprès d'un guérisseur de Lévis, thèse de maîtrise, Université Laval, 198 

F. FOREST, « Le concept de vieillissement différentiel et son utilisation dans les études de santé au travail », Santé mentale au Canada, vol. V, n˚ 2, 1981.

 F. FOREST, U. FOREST-STREIT et F. AUGER, « Anthropologie et médecine : une collaboration qui pourrait être fructueuse », Actes du 13e Colloque Anthropologie et médecine, Association internationale des anthropologistes de langue française, Caen, 1979, pp. 104-134.

 Marc FORTIER, L'administration : de l'asile à l'hôpital psychiatrique, thèse de maîtrise en sociologie, Université Laval, 1966.

 Gérard L. FORTIN, « La pharmacopée traditionnelle des Iroquois : une étude ethnohistorique », Anthropologie et sociétés, vol. II, n˚ 3, 1978, pp. 117-138.

 Patrick FOUGEYROLLAS, « Normalité et corps différents ; regard sur l'intégration sociale des handicapés physiques », Anthropologie et sociétés, vol. II, n˚ 2, 1978, pp. 51-7 1.

 Edward F. FOULKS, The Arctic Hysterias of the North Alaskan Eskimo, Washington (D.C.), American Anthropological Association, 1972. (« Anthropological Studies », 10.)

 Jean-Philippe GAGNON, Rites et croyances de la naissance à Charlevoix, Montréal, Leméac, 1979.

 Brigitte GARNEAU et Daniel LABERGE, « Les fourrés de la science. Homosexualité masculine : perspectives théoriques et anthropologiques », Anthropologie et sociétés, vol. II, n˚ 2, 1978, pp.  73-106.

 F. HARVEY et R. SAMUEL, Matériel pour une sociologie des maladies mentales au Québec, Québec, institut supérieur des sciences humaines, Université Laval, 1974. (« Instruments de travail », 15.)

Pierre JOUBERT et Réjean FILLION, « L'influence des conditions ambiantes sur la construction du handicap : analyse des pratiques québécoises en réadaptation », Santé mentale au Canada, décembre 1981.

 Lucien LAFOREST, La théorie de l'anomie et la déviance alcoolique : une application au contexte québécois (rural), thèse de doctorat en sociologie, Université Laval, 1974. 

Georges LAGACÉ et Gilles PICARD, « Inventaire de la recherche en santé au Québec », Carrefour des Affaires sociales, vol. III, n˚ 2, 1981, pp. 42-46.

 Normand LAPLANTE, Anthropologie dune population de travailleurs : environnement matériel et santé, thèse de doctorat en préparation, Université de Montréal, 1981.

 Elli KONGAS-MARANDA, Les soins de santé domestique au Québec, (titre provisoire d'un travail en préparation).

 H.B.M. MURPHY, « Differences of mental disorders between French Canadians and British Canadians », Canadian Psychiatric Association Journal, vol. XIX, 1974, pp. 247-257.

 Jacques NADEAU, « La médecine populaire dans quatre paroisses du comté de Bellechasse », Revue d'ethnologie du Québec, n˚ 13, 1975, pp. 51-104.

 Jean ROUTHIER, La psychiatrisation de la maladie mentale au Québec, thèse de maîtrise en sociologie, Université Laval, 1971.

 Judith STRYCKMAN, « Veuvage, remariage et sexualité », Santé mentale au Québec, vol. V, n˚ 2, 1980.

 Michel ToUSIGNANT et Guy DENIS, « Folie, maladie mentale et dépression nerveuse : analyse de la représentation du normal et du pathologique », Revue canadienne des sciences du comportement, vol. IX, n˚ 4, 1977, pp. 348-360.

 Marc-Adélard TREMBLAY, « De l'hôpital médiéval à l'hôpital moderne », L'hôpital d'aujourd'hui, vol. XII, n˚ 2, 1966, pp. 16-22, 56 et 62. [Texte disponible dans Les Classiques des sciences sociales. JMT.]

Marc-Adélard TREMBLAY, « Evaluation of medical care and health services by the survey technique », dans : David SACKETT et Marjorie BASKIN (éds), Methods of Health Care Evaluation, Hamilton, McMaster University, 1973.